Mes soins vegan pour le visage

Soins visage

Je pense que j’en avais déjà parlé dans un de mes anciens articles, mais je n’ai jamais eu une peau irréprochable. Pendant mon adolescence, j’ai souffert d’acné (modérée à sévère, le genre qui laisse des cicatrices pour les années à venir), je me suis fais prescrire la pilule, je l’ai arrêté, j’en ai essayé une autre (si ce sujet vous intéresse, je vous raconte mon expérience ici et je publierai bientôt un article dédié à mon sevrage progressif et mon premier bilan, six mois après), j’ai vu ma peau aller mieux, puis pire; c’étaient de véritables montagnes russes jusqu’à mes 22-23 ans.

Aujourd’hui encore, bien que les boutons d’acné imposants se font rares (mais j’y ai quand même droit au moins une fois par mois, sans exception) mon grain de peau n’est pas régulier, j’ai des zones de sécheresse, des pores dilatés autour du nez et au niveau du menton, des rougeurs, des réactions allergiques très fréquentes (même à l’eau de robinet ou au froid parfois, si si) ma zone T a tendance à briller comme un sapin de Noël en fin de journée… Bref, trouver des soins (et même des produits de maquillage) adaptés à ma peau n’a pas toujours été chose aisée! J’ai tout de même fini par trouver une routine en cinq étapes qui me convient; cela fait plusieurs mois que j’utilise ces quelques produits dont j’aimerais vous parler plus en détails.

Handicap invisible et fauteuil roulant

Aujourd’hui j’ai décidé de me lancer et de vous parler d’un sujet que je n’aurais jamais pensé évoquer un jour sur le blog, il y a à peine un an. Un sujet qui me touche personnellement: le handicap invisible, et pour être encore plus précise, le cas des personnes pour lesquelles le fauteuil roulant peut être une aide occasionnelle dans la vie quotidienne. C’est mon cas. Il y a des jours où ça va : il y a une sensation d’inconfort permanent dans mon dos qui est toujours là – et qui ne disparaîtra jamais (c’est ça que d’avoir deux tiges en métal et trente-deux vis qui maintiennent la colonne vertébrale) mais les douleurs sont légères et supportables. Je peux alors me déplacer sans grandes difficultés – même si je fatigue plus vite que la moyenne – aller au cinéma, profiter de la compagnie de mes amis assise à la terrasse d’un café, danser un peu même, en sachant pertinemment que j’aurai besoin de repos et de quelques jours pour « récupérer » par la suite.

Et puis, il y a des jours où ça ne va pas.

Read the Post

Le hashtag #bodypositive et moi, c’est fini.

Body-positive

J’en avais déjà brièvement parlé dans cet article, mais à ses débuts, le mouvement #bodypositive m’a énormément emballé. Je trouvais ça génial que les femmes (et pas que les femmes) oppressées par la société, victimes de grossophobie quotidienne (au travail, chez le médecin, etc) ou encore de notre société validiste, disent enfin « stop » et montrent qu’on n’a absolument pas besoin de faire une taille précise ou ressembler à un certain “type” de corps pour être bien dans sa peau, être sexy et s’aimer telle qu’on est, sans vouloir changer quoi que ce soit.

Read the Post

Lettre ouverte à toi, mon corps

Me

A 12 ans, tu commences à changer. Toi, ce corps auquel je n’avais jamais appris à faire attention auparavant, tu grandis, tu t’épanouis. Tu sembles attiser la curiosité des autres… mais tu ne me ressembles pas. A cause de toi, j’ai droit à mes toutes premières remarques déplacées; à des commentaires tantôt maladroits, tantôt gênants. A des regards qui me mettent mal à l’aise. Paraît-il que ces formes souples qui apparaissent devraient me réjouir. Que je deviens une femme et que je devrais être fière. Pourtant, pour la toute première fois de ma vie, je ne me sens pas… moi.

Read the Post

Ces choses simples qui remontent le moral

Fleurs

Je ne sais pas vous mais pour moi, Février va souvent de paire avec une (plus ou moins) petite baisse de moral. Ce mois un peu in between, plus vraiment d’hiver, mais pas encore de printemps, a tendance à me mettre dans tous mes états. Pour commencer, je ne sais jamais comment m’habiller; est-ce qu’il faut ranger mes gros pulls tout doux (snif)? Ressortir les robes et les t-shirts? Oui mais non, il fait encore frais quand même, surtout le soir… Et puis il faut préciser que les 20°C en Février, ça n’a rien de chouette. J’essaie néanmoins de trouver de bons côtés dans cette situation – certes, je déteste l’été et savoir qu’il approche à toute vitesse me rend toute anxieuse, mais cette année, je me marie et j’ai quand même très hâte d’y être. Et puis c’est le moment idéal pour un « renouveau » dans bien des domaines, qu’il s’agisse de notre maison, de notre garde-robe ou de notre état d’esprit, tout simplement.

Read the Post

Résolution pour 2019 : s’autoriser à lâcher prise

Durant le mois de Décembre, un mois habituellement très chargé mais rempli d’émotions positives pour moi, j’ai décidé de lever le pied et me déconnecter de tout – en commençant par supprimer l’application Instagram. Je me sentais comme prise au piège dans ce monde d’illusions, d’images parfaites et de course à l’approbation qu’est devenu aujourd’hui ce réseau social, et je ne me considérais pas assez forte à ce moment là pour rester juste dans ma petite bulle à moi, sans me laisser toucher par ce qu’il se passait autour. Ces choses que j’estime peu importantes pour moi – a savoir le nombre de likes ou d’abonnés – ont pourtant commencé à m’atteindre, d’abord avec des réflexions de type « La dernière photo que j’ai posté a moins de likes que celle d’avant, elle doit être moins bien » ou « J’essaie d’être régulière dans mes posts, de varier le contenu et pourtant j’ai encore perdu des abonnés ». Je parle surtout d’Instagram, mais c’était un peu pareil pour le blog; les articles sur lesquels je passais le plus de temps, que je prenais plaisir à rédiger (quitte à les re-écrire plusieurs fois pour être satisfaite) semblaient susciter peu d’intérêt, comme en témoignaient les statistiques. A un moment où j’étais déjà émotionnellement (et physiquement) éreintée, je me suis sentie découragée et je me suis demandée « A quoi bon continuer? »

Read the Post

Mes cinq raisons d’aimer Décembre

J’avais déjà publié un article similaire sur mon ancien blog, où je mentionnais les cinq raisons (selon moi) d’aimer la saison d’automne. Histoire d’accueillir ce mois de Décembre comme il le mérite, j’ai voulu lui dédier un petit article, car il s’agit d’une période que j’affectionne particulièrement… et contrairement aux idées reçues, pas qu’à cause de Noël! Cette fête occupe certes une place de choix, mais il y a d’autres petites choses qui me réchauffent le coeur en Décembre et aujourd’hui, je voulais vous les partager.

Read the Post

Mes jeux vidéos du moment

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours adoré les jeux vidéos. Quand t’as un frère de dix ans ton aîné, ça t’expose forcément à certaines de ses passions, dès ton plus jeune âge. Dans mon cas, c’était des groupes de musique tels que Prodigy, Korn et Slipknot mais surtout et avant tout, le monde des jeux vidéos. Je me souviens qu’à six ou sept ans, mon préféré était Road Rash (un jeu de course de moto où tu peux taper sur tes adversaires avec des chaînes, des battes de base-ball, bref, ce que t’as sous la main). Puis il y a eu Oddworld, Mortal Kombat et Metal Gear, dont les volets Metal Gear Solid (1998) et Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty (2001) sont rapidement devenus mes préférés. Encore un peu plus tard, je suis tombée amoureuse de l’univers de Fable. A l’époque, il n’y avait personne pour me dire que l’univers des jeux vidéos était « plutôt réservé aux garçons » ou me faire remarquer que les jeux de baston que j‘affectionnais, étaient trop violents « pour une fille ». Mais c’est arrivé plus tard, à l’adolescence. J’avais l’impression de ne pas être normale, puisque je ne m’intéressais pas aux mêmes choses que la plupart des filles de mon âge (bon en réalité ça avait commencé bien avant, puisque quand j’étais petite je refusais de jouer à la poupée, détruisais les Barbies et autres poupons que l’on m’offrait et suscitais l’étonnement de tout mon entourage, surtout de mes grands-parents qui me trouvaient bizarre *lol*). Je m’y suis un peu remise vers mes 15-16 ans, en découvrant les Sims. Parce que les Sims, c’était considéré comme « un jeu de fille » (et c’est complètement faux en passant) alors au moins, je me sentais légitime. J’aurais aimé avoir quelqu’un pour me dire qu’il n’y avait aucune honte à avoir, jamais. Que je n’aurais jamais dû arrêter de m’y intéresser, juste en me fiant aux idées reçues de la société. Que je pouvais autant apprécier l’univers farfelu des Sims et prendre du plaisir à décorer les maisons, qu’être dans la peau de Solid Snake, à jouer les espions.

Aujourd’hui je découvre petit à petit que j’ai toujours gardé mon âme de gameuse. Le plaisir que je prends à découvrir de nouveaux jeux vidéos est toujours aussi grand et addictif. Dans cet article qui change un peu de l’ordinaire, je voulais partager avec vous mes jeux coups de cœur du moment. Certains sont récents, d’autre moins, mais à mes yeux ce sont de très chouettes découvertes!

Read the Post

Ma wishlist Noël/Anniversaire

Il y en a qui diront peut-être « Tu t’y prends tard » et d’autres « Mais enfin, c’est pas un peu tôt? » mais le fait est que moi, j’ai commencé à peaufiner ma petite wishlist depuis le mois de Septembre (si si). Je déteste d’ailleurs que mon entourage s’y prenne à la dernière minute pour m’envoyer leur liste de cadeaux, si liste il y a; loin d’être spontanée dans ce genre de choses, j’ai besoin de m’organiser et d’avoir du temps. Rien de pire pour moi que d’être pressée – et par conséquent, stressée – en faisant le shopping de Noël! Mon anniversaire étant au mois de Janvier (à un peu moins d’un mois de Noël) j’ai pris l’habitude de regrouper mes envies cadeaux dans une seule wishlist. Et aujourd’hui, j’ai envie de vous décortiquer tout ça!

Wishlist

Read the Post

Overnight porridge : deux recettes faciles

On connaît tou·te·s le porridge; ce petit-déjeuner chaud et ultra réconfortant à base de lait et de flocons d’avoine, agrémenté de fruits, noix, chocolat… (les possibilités des toppings sont infinies) Mais depuis quelques temps, j’ai un faible pour la version froide, plus connue sous le nom du overnight porridge. Si vous ne connaissez pas encore, c’est tout simple! Il s’agit simplement de flocons d’avoine qu’on laisse tremper dans du lait (et dans mon cas, du yaourt) pendant toute la nuit au frigo. J’aime me lever le matin tranquillement et avoir un petit-déjeuner tout prêt sous la main. Je vous partage ci-dessous les deux versions que j’affectionne le plus, mais encore une fois, n’hésitez pas à laisser parler votre imagination (et votre gourmandise) car ce petit porridge froid peut s’adapter à tous les goûts.

On commence par le plus gourmand des deux; inspiré par les fameux Reese’s. J’aime particulièrement l’alliance du chocolat avec du beurre de cacahuète, alors c’était le premier que j’avais voulu préparer et je n’ai pas été déçue!


Read the Post

© Framboise Poudrée 2018
Wordpress / 17th Avenue